La symphonie inachevée du semis direct dans le Brésil Central : Le système dominant dit de semi-direct - Partie 2

 ouvrage de vulgarisation | |    

Les Cerrados de la zone tropicale humide du Brésil couvrent 200 millions d’hectares, dont 50 millions sont potentiellement utilisables pour une agriculture intensive. Leur mise en culture à la fin des années 1970 dans l’état du Mato Grosso, à partir de techniques de travail intensif du sol importees des pays du Nord et des grandes monocultures industrielles, a fortement dégradé le capital. Pour répondre rapidement et durablement à cet echec, le CIRAD et ses partenaires du développement ont construit dès 1985, puis maîtrisé et diffusé progressivement des systèmes de culture en semis direct sur couverture végétale permanente du sol en accompagnant l’avancée des fronts pionniers dans la région Centre Nord Mato Grosso : d’abord les Cerrados de la région de Lucas do Rio Verde, berceau de l’élaboration des techniques de Semis Direct en Zone Tropicale Humide (ZTH), puis rapidement plus au Nord, en zone de forêts dans les régions de Sorriso et Sinop pour précéder l’arrivée du front pionnier et lui offrir des alternatives diversifiées d’agriculture durable de faible impact sur l’environnement, dès son arrivée.

Mots-clés : scv, soja, biomasse, séquestration de carbone, MOS, plante de couverture, systèmes agropastoraux, Coton, Riz

Aggregate C depletion by plowing and its restoration by diverse biomass-C inputs under no-till in sub-tropical and tropical regions of Brazil

 article ACL | |    

Encapsulation of soil organic carbon (SOC) within aggregates is one of the principal mechanisms for long-term C sequestration, macroaggregate formation and stabilization. Our objectives were to quantify the changes in aggregate size distribution, aggregate-C concentrations and stocks upon conversion of native vegetation (NV) to conventional plow-based tillage (CT), and to assess the rate of aggregation and SOC recovery with no-till (NT) under diverse biomass-C inputs. The study was conducted at both sub-tropical (Ponta Grossa – PG, State of Parana´ ) and tropical (Lucas do Rio Verde – LRV, State of Mato Grosso) sites in Brazil. The SOC content under NV was used as a baseline to evaluate the depletion rate under CT and the restoration rate under NT. A speci?c emphasis was given to the largest macroaggregate size class (8– 19 mm) because of its importance to protecting the recently deposited labile SOC. A discriminant analysis of principal components (DAPC) indicated that NV soil is modi?ed by conversion to an arable land use and that, mechanical tillage, biomass input, and their interactions drastically in?uence the distribution of aggregate-size classes, aggregation indices, and SOC distribution within aggregates. At both sites, soil aggregation indices were positively impacted by NT and associated with SOC concentration in the labile fractions (e.g., total polysaccharides (TPS), hot water extractable organic C (HWEOC), particulate organic C (POC)). At the PG site, the 8–19 mm aggregate size fraction was signi?cantly affected by land use and tillage treatments and represented 54%, 43%, and 72%, under NV, CT, and NT in 0–20 cm depth, respectively. Furthermore, the 8–19 mm size fraction stored 55%, 45%, and 71% of the total SOC stock under NV (53.8 Mg C ha-1), CT (28.5 Mg C ha-1) and NT (51.2 Mg C ha-1), respectively. At the LRV site, the 8–19 mm aggregate size fraction decreased from 50% under Cerrado NV to 35% under CT, and ranged from 33% to 51% under diverse biomass-C input under NT in 0–20 cm depth. The 8–19 mm size fraction stored 52%, 37%, and 41% of the total SOC stock across all aggregate sizes under NV (25.4 Mg C ha-1), CT (11.7 Mg C ha-1), and NT (9.9–18.1 Mg C ha-1), respectively. The difference in SOC stock among land uses is largely attributed to storage in the 8–19 mm aggregate size class, indicating that NT cropping systems rebuilt the largest macroaggregates, which are crucial for stabilization of SOC.

Mots-clés : gestion du sol, séquestration de carbone, MOS, scv, fertilité

La symphonie inachevée du semis direct dans le Brésil Central : Le système dominant dit de semi-direct - Partie 3

 ouvrage scientifique | |    

Les Cerrados de la zone tropicale humide du Brésil couvrent 200 millions d’hectares, dont 50 millions sont potentiellement utilisables pour une agriculture intensive. Leur mise en culture à la fin des années 1970 dans l’état du Mato Grosso, à partir de techniques de travail intensif du sol importees des pays du Nord et des grandes monocultures industrielles, a fortement dégradé le capital. Pour répondre rapidement et durablement à cet echec, le CIRAD et ses partenaires du développement ont construit dès 1985, puis maîtrisé et diffusé progressivement des systèmes de culture en semis direct sur couverture végétale permanente du sol en accompagnant l’avancée des fronts pionniers dans la région Centre Nord Mato Grosso : d’abord les Cerrados de la région de Lucas do Rio Verde, berceau de l’élaboration des techniques de Semis Direct en Zone Tropicale Humide (ZTH), puis rapidement plus au Nord, en zone de forêts dans les régions de Sorriso et Sinop pour précéder l’arrivée du front pionnier et lui offrir des alternatives diversifiées d’agriculture durable de faible impact sur l’environnement, dès son arrivée.

Mots-clés : Socio-économie, scv, séquestration de carbone, MOS, fertilité, recherche-action, Coton, Riz

Indicateurs de séquestration du Carbone à l'échelle de l'exploitation agricole Adaptation du modèle Hénin-Dupuis à l'Agriculture de Conservation en Tunisie

 poster | |    

L’UR SCV développe avec ses partenaires des outils pour le diagnostic et le pilotage des Systèmes de culture en association permanente avec des agriculteurs. En Agriculture de Conservation (AC) la gestion des matières organiques du sol (MOS) est primordiale car elle détermine un potentiel de nutrition par voie biologique. Elle est aussi complexe en raison de la diversité des apports organiques concentrés à la surface du sol qui varient en quantité, en qualité et en proximité (Sa et al., 2001). Le modèle Hénin-Dupuis (Hénin et Dupuis, 1945, Mary et Guérif, 1994, Bayer et al., 2006) est utilisé comme outil de simulation à l’échelle de l’exploitation agricole des évolutions des stocks en MOS (ou C organique) à la surface du sol. Quatre étapes possibles et applicables au contexte tunisien sont présentées.

Mots-clés : séquestration de carbone, Légumineuses, MOS, méthodologie

Carbon balance and sequestration in no-till soils under intensive cropping systems in tropical agroecozones

 présentation PPT | |    

Four points to convince the farmers to adopt the DMC systems (SCV) in large scale : - Reduction of costs - Reduction of the risks with weather impact (drought) - Increase the yield of the main cash crop and the profitability of the whole system - Making extra money with C-sequestration and giving a good contribution to the environment.

Mots-clés : séquestration de carbone, MOS, mulch, scv, Intégration agriculture élevage

Biological interactions with aggregates formation

 présentation PPT | |    

Diaporama sur MO dans le sol (partie 1)

Mots-clés : Biologie des sols, macrofaune du sol, plante de couverture, séquestration de carbone, types de sol, MOS

Sols tropicaux, Pratiques SCV, Services écosystèmiques.

 ouvrage de vulgarisation | |    

Le secrétariat du Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) a organisé, le11 mars 2008, avec le Comité Scientifique et Technique du FFEM, une journée de présentation des principaux acquis scientifiques de l'agroécologie. Ce fut l'occasion de faire une restitution d'un séminaire international qui s'est tenu à Madagascar du 03 au08 décembre 2007. Les pages qui suivent sont quelques illustrations de la richesse des résultats présentés au cours du Séminaire de Madagascar. l'ensemble du « Collectif SOL-SCV » qui a pu mener cette synthèse à partir de résultats obtenus pendant 5 ans sur un réseau de situations mises en place par le CIRAD et ses partenaires nationaux ou privés au Brésil, à Madagascar et au Laos et avec une très forte implication scientifique de l'IRD.Le sol est donc un compartiment très important de l'écosystème et il est essentiel, au niveau des économies nationales de lui attribuer une valeur économique comptable, de le considérer comme un « capital naturel ». Ceci implique d'établir la perte de capital lors de la dégradationdes sols ou au contraire le gain de capital lors de leur restauration en prenant encompte, à côté des seules pertes ou gains liées aux variations de productivité végétale ouanimale, les coûts ou gains gagnés ou perdus par les autres services écosystémiques alors rendus ou non par le sol. L'exercice est important à faire dans l'avenir concernant les systèmes SCV.

Mots-clés : gestion du sol, Agriculture de conservation, séquestration de carbone, écosystèmes cultivés, érosion, propriétés physico-chimiques du sol, fertilité

Rapport de recherche au Mali : Amélioration de la productivité des exploitations agricoles ? SCV 2005/2008

 Document de projet | |    

Au Mali, les expérimentations entreprises en zone cotonnière pour maintenir durablement l’agriculture ont porté essentiellement sur l’entretien du statut organique des sols par application de fumure organique. Les techniques proposées ont permis d’apporter des solutions qui puissent être appliquées à court terme par les agriculteurs, mais ces recommandations ne peuvent pas être utilisées par la grande majorité d’agriculteurs qui disposent souvent de quantités limitées en fumure organique. Ces techniques sont par ailleurs très exigeantes en terme de travail. Ainsi le recours à une fertilisation organique produite in situ par l’application de nouveaux modes de gestion, intégrant des plantes le plus souvent fourragères, mérite d’être testée pour la zone cotonnière. Ces systèmes créés au départ par des agriculteurs du milieu tropical ont été soutenus par de nombreuses institutions de recherche et de développement. Les SCV bien conduits sont supposés remplacer le travail du sol à la traction animale (labourou scarifiage) sans perte de rendement pour le coton ou la céréale suivante. Ces avantages ne seront réels et effectifs qu’avec la présence d’un minimum de résidus de récolte sur les parcelles permettant une meilleure conservation de l’humidité au niveau du sol . Associées à la présence de résidus, les dates de semis pourront être plus précoces qu’en systèmes travaillés. Sur le plus long terme cette évolution des pratiques pourrait aboutir à une forme très intégrée des activités d’élevage aux activités agricoles qui s’inscrit, avec notamment le passage d’une gestion « ouverte » et collective des ressources fourragères, à une gestion beaucoup plus fermée et individuelle de celles-ci, voir de construction progressive de bocages. Ces bouleversements du paysage et des pratiques qui touchent toutes les composantes agricoles, cultures, arbres et élevage, sont actuellement déjà perceptibles aux abords des zones urbaines où les zones mises en valeur sont délimitées par un système de haies permettant tout d’abord un marquage foncier du territoire.Au Mali, les expérimentations entreprises en zone cotonnière pour maintenir durablement l’agriculture ont porté essentiellement sur l’entretien du statut organique des sols par application de fumure organique. Les techniques proposées ont permis d’apporter des solutions qui puissent être appliquées à court terme par les agriculteurs, mais ces recommandations ne peuvent pas être utilisées par la grande majorité d’agriculteurs qui disposent souvent de quantités limitées en fumure organique. Ces techniques sont par ailleurs très exigeantes en terme de travail. Ainsi le recours à une fertilisation organique produite in situ par l’application de nouveaux modes de gestion, intégrant des plantes le plus souvent fourragères, mérite d’être testée pour la zone cotonnière. Ces systèmes créés au départ par des agriculteurs du milieu tropical ont été soutenus par de nombreuses institutions de recherche et de développement. Les SCV bien conduits sont supposés remplacer le travail du sol à la traction animale (labourou scarifiage) sans perte de rendement pour le coton ou la céréale suivante. Ces avantages ne seront réels et effectifs qu’avec la présence d’un minimum de résidus de récolte sur les parcelles permettant une meilleure conservation de l’humidité au niveau du sol . Associées à la présence de résidus, les dates de semis pourront être plus précoces qu’en systèmes travaillés. Sur le plus long terme cette évolution des pratiques pourrait aboutir à une forme très intégrée des activités d’élevage aux activités agricoles qui s’inscrit, avec notamment le passage d’une gestion « ouverte » et collective des ressources fourragères, à une gestion beaucoup plus fermée et individuelle de celles-ci, voir de construction progressive de bocages. Ces bouleversements du paysage et des pratiques qui touchent toutes les composantes agricoles, cultures, arbres et élevage, sont actuellement déjà perceptibles aux abords des zones urbaines où les zones mises en valeur sont délimitées par un système de haies permettant tout d’abord un marquage foncier du territoire.

Mots-clés : Bilan hydrique, séquestration de carbone, types de sol, TCS - Techniques culturales simplifiées, scv, fertilité, Socio-économie, Coton

La symphonie inachevée du semis direct dans le Brésil Central (correction le 21/11/2008)

 ouvrage scientifique | |    

Historique du Semis Direct dans les Cerrados brésiliens, initié par le CIRAD et par ses partenaires en 1985, Semis Direct qui s'est réellement développé a partir de 1995 avec les cultures de soja, maïs, mais qui a été modifié en "semi-direct" par les cotoniculteurs (semis d'une biomasse de mil à la volée sur un TCS, mil qui est desséché et sur lequel on plante le coton en semis direct). de nouveaux systèmes en Semis Direct combinant cultures principales et de succession (safrinhas), et des pâturages pour intégrer Agriculture-Elevage sont supérieurs aux systèmes traditionnels tant pour la séquestration du Carbone que pour la diminution des intrants et l'augmentation des productivités et des marges.

Mots-clés : Agriculture de conservation, scv, TCS - Techniques culturales simplifiées, systèmes agropastoraux, recherche-action, propriétés physico-chimiques du sol, plante de couverture, séquestration de carbone, méthodologie, Intégration agriculture élevage

Production of primary biomass and sequestration of carbonwith a high water efficiency

 présentation PPT | |    

The comparative advantages of DMC rainfed cropping systems

Mots-clés : Climat, eau, gestion du sol, séquestration de carbone, biomasse
1/6 Suivant