SAGA SEBOTA - Les riz poly-aptitudes (SBT) créés pour et dans des SCV au service de rizicultures alternatives performantes diversifiées, propres et à faible coût - Chapitres I et II

 ouvrage de vulgarisation | |    

Compendium sur Riz Sebota, leur généalogie, les essais variétaux dans le monde, leurs caractéristiques plante et grains, le catalogue, leurs performances dans systèmes de culture diversifiésdans le monde

Mots-clés : diffusion, riz irrigué, riz pluvial, pyriculariose, méthodologie, gestion du sol, TCS - Techniques culturales simplifiées, systèmes agroforestiers, écosystèmes cultivés, amélioration variétale, Pesticides, Riz

Synthèse et bilan de l'opération AD101 du PADEF : Les systèmes de culture avec couverture végétale pour les Hauts de La Réunion

 Document de projet | |    

Les expérimentations ont été menées sur les cultures les plus importantes des Hauts de l'Ouest, le géranium, mais aussi sur celles qui constituent l'enjeu de la diversification agricole : maraichage, pomme de terre, artichaut, vergers ... Pour tenir compte des particularités des petits agriculteurs, les essais sur ces nouvelles techniques ont particulièrement pris en compte des phénomènes de concurrence entre les plantes de couverture et des différentes cultures, l'enjeu agronomique, mais aussi les enjeux économiques des producteurs : temps de travaux et leur pénibilité, produire mieux et nourrir leurs petits élevages, conserver la fertilité de leurs terrains pour leurs enfants.Les activités les plus récentes ont eu pour objectif d'élargir la gamme des systèmes proposés notamment en terme de technicité requise. En effet, si les systèmes de culture avec couverture végétale permanente offrent des solutions satisfaisantes en matière de productivité socioéconomique et de protection de l'environnement, ils requièrent cependant une gestion optimale des associations entre les plantes cultivées et les couvertures végétales. C'est pourquoi, les efforts ont été portés vers des systèmes moins exigeants et présentant cependant une efficacité intéressante en matière de gestion de la fertilité des sols et de protection de l'environnement. De plus, la recherche Systèmes s'est enrichie d'un apport disciplinaire de première importance: la biologie des sols, moteur d'un sol vivant. C'est par les travaux de Johnny Boyer, portant notamment sur la macrofaune et la microflore du sol, que les critères de durabilité des systèmes proposés ont été précisés. Ils seront décrits plus précisément dans un autre document.Une dynamique régionale Océan-Indien a vu le jour sous forme du réseau Agriculture Durable Océan Indien (RADOI), représenté localement par le CIVAM.

Mots-clés : Légumineuses, Socio-économie, scv, écosystèmes cultivés, Arachis pintoï, semences, recherche-action, couverture permanente, méthodologie, écobuage

ITINERAIRES TECHNIQUES REPRODUCTIBLES AVEC LA COUVERTURE DE DESMODIUM

 fiches techniques/pédagogiques | |    

Fiche Gestion agrobiologique des sols : guide pour la mise en place d'itinéraires techniques reproductibles dans les hauts sous le vent de La Réunion avec la couverture de desmodium

Mots-clés : maïs, plante de couverture, écosystèmes cultivés, Légumineuses, scv

Itinéraires techniques reproductibles avec la couverture de trèfle du Kénya

 fiches techniques/pédagogiques | |    

Fiches pour Gestion agrobiologique des sols : guide pour la mise en place d'itinéraires techniques reproductibles dans les hauts sous le vent de La Réunion avec la couverture de trèfle du Kenya

Mots-clés : plante de couverture, écosystèmes cultivés, Légumineuses, systèmes agropastoraux, scv

COMPENDIUM SCV CAMEROUN et SAVANES Volume III. Chapitre 2 Fiches techniques des principaux SCV proposés au Nord Cameroun

 ouvrage de vulgarisation | |    

Les principaux systèmes développés reposent sur des rotations SCV sur deux ou trois ans: • Les rotations SCV sur deux ans consistent à faire une association céréales + plantes de couverture en première année pour permettre une production de grains et optimiser la production de biomasse. Cette biomasse est conservée in situ pendant l’intersaison et la deuxième année (année suivante), on fait une culture sur biomasse. • Les rotations SCV sur trois ans consistent à faire une association céréales+plantes de couverture en première année pour permettre une production de grains et permettre une bonne installation de la plante de couverture associée. En intersaison, la plante de couverture est protégée sur la parcelle (à l’aide d’une haie par exemple). En deuxième année, la plante de couverture est laissée seule sur la parcelle et se développe pour produire suffisamment de la biomasse. Elle est de nouveau protégée en intersaison sur la parcelle et en troisième année, elle est maîtrisée (par fauchage ou herbicide) et rabattue, puis on installe alors une culture sur la biomasse. Ces systèmes sont beaucoup plus pratiqués au sud de la zone cotonnière où les pluies sont plus régulières et importantes d’une part et la saison sèche, plus courte et moins contraignante qu’au nord de la zone cotonnière. Ces conditions sont plus favorables aux plantes de couverture, leur permettant de bien s’installer en première année pour se maintenir en intersaison et pouvoir se développer en deuxième année. Les principales plantes de couverture utilisées dans ces systèmes sont le Stylosanthes guianensis et le Brachiaria ruziziensis. Ces systèmes sont très recommandés pour les agro-éleveurs qui peuvent préléver une partie de la biomasse en deuxième année pour nourrir leurs animaux.

Mots-clés : stylosanthès, types de sol, écosystèmes cultivés, Légumineuses, brachiaria, scv, systèmes agraires, couverture permanente

Agriculture de conservation et durabilité des systèmes de culture à base de riz pluvial : leçons des expériences asiatiques et malgache

 résumé de conférence | |    

La dégradation de l’environnement, l’évolution de la demande des produits alimentaires et non alimentaires, la globalisation des marchés et les fluctuations rapides des prix des produits agricoles conduisent à une modification rapide des systèmes de production et nécessitent des changements profonds des pratiques (Meynard et al., 2012). Les systèmes de culture doivent évoluer pour s’adapter à ces changements et faire face aux tensions qui en découlent : tensions entre rentabilité économique et préservation de l’environnement, entre intérêt individuel des exploitations et gouvernance territoriale, et entre filières (Meynard et al., 2012). L’agriculture de conservation (AC), en rupture avec les systèmes conventionnels, ouvre de nouvelles perspectives pour des systèmes de culture combinant durabilité et profitabilité. Elle se décline autour de trois principes fondamentaux : (i) un travail du sol minimal, si possible nul ; (ii) une couverture permanente du sol et (iii) des rotations/associations de cultures (Kassam et al., 2009). Mais les performances de l’AC sont variables et les systèmes doivent être adaptés localement, en fonction des conditions agro-climatiques et socio-économiques (Erenstein, 2003; Lestrelin et al., 2012). L’adaptation de ces systèmes à des milieux très divers demande de revoir leur mode de conception et l’accompagnement de leur diffusion. Ceci est particulièrement vrai pour les systèmes à base de riz pluvial, qui représentent 40 % des surfaces cultivées en riz en Afrique (Bernier et al., 2008) et sont à la fois mis en œuvre dans une très grande diversité de situations, très sensibles à la dégradation des sols et exposés à de fortes fluctuations des marchés.

Mots-clés : écosystèmes cultivés, systèmes agropastoraux, méthodologie, scv, riz pluvial

COMPENDIUM SCV CAMEROUN & SAVANES Vol. I Principes, Fonctionnement et gestion des écosystèmes

 ouvrage de vulgarisation | |    

Trois principes fondamentaux du Semis Direct: 1. Minimiser la perturbation du sol et de la litière (pas de travail mécanique du sol). 2. maintenir le sol couvert en permanence par biomasse vivante ou morte. 3. Produire et restituer au sol une forte biomasse par associations/successions d’une diversité de plantes aux fonctions multiples Pour bénéficier rapidement des effets des pratiques SCV, il est nécessaire d’obtenir un fort différentiel “biomasse restituée au sol - biomasse perdue” dès les premières années d’entrée dans des systèmes SCV. Ce fort différentiel permet à ces systèmes de remplir leurs fonctions écosystémiques, et conduisent à une amélioration rapide des sols et à la restauration d’équilibres écologiques. Ces améliorations, dans un cercle vertueux, facilitent l’obtention d’une production importante de biomasse et permettent d’alimenter facilement la “pompe” des SCV les années suivantes. Sur des sols dégradés, l’obtention d’une forte production de biomasse les premières années passe par la restauration de la fertilité par apport d’engrais (organiques ou minéraux), écobuage et/ou utilisation de plantes de couverture capables de produire une forte biomasse sur des sols peu fertiles. Plus les sols sont dégradés, plus “l’amorce” des systèmes SCV est difficile, longue et/ou coûteuse.

Mots-clés : Biologie des sols, Agriculture de conservation, écosystèmes cultivés, méthodologie, scv, fertilité, Coton, Intégration agriculture élevage

Sols tropicaux, Pratiques SCV, Services écosystèmiques.

 ouvrage de vulgarisation | |    

Le secrétariat du Fonds Français pour l'Environnement Mondial (FFEM) a organisé, le11 mars 2008, avec le Comité Scientifique et Technique du FFEM, une journée de présentation des principaux acquis scientifiques de l'agroécologie. Ce fut l'occasion de faire une restitution d'un séminaire international qui s'est tenu à Madagascar du 03 au08 décembre 2007. Les pages qui suivent sont quelques illustrations de la richesse des résultats présentés au cours du Séminaire de Madagascar. l'ensemble du « Collectif SOL-SCV » qui a pu mener cette synthèse à partir de résultats obtenus pendant 5 ans sur un réseau de situations mises en place par le CIRAD et ses partenaires nationaux ou privés au Brésil, à Madagascar et au Laos et avec une très forte implication scientifique de l'IRD.Le sol est donc un compartiment très important de l'écosystème et il est essentiel, au niveau des économies nationales de lui attribuer une valeur économique comptable, de le considérer comme un « capital naturel ». Ceci implique d'établir la perte de capital lors de la dégradationdes sols ou au contraire le gain de capital lors de leur restauration en prenant encompte, à côté des seules pertes ou gains liées aux variations de productivité végétale ouanimale, les coûts ou gains gagnés ou perdus par les autres services écosystémiques alors rendus ou non par le sol. L'exercice est important à faire dans l'avenir concernant les systèmes SCV.

Mots-clés : gestion du sol, Agriculture de conservation, séquestration de carbone, écosystèmes cultivés, érosion, propriétés physico-chimiques du sol, fertilité

Rapport de mission en Guadeloupe - Propositions pour la construction d'une agriculture de conservation en Guadeloupe - Systèmes de culture à base de banane et canne à sucre

 rapport de mission/expertise | |    

Propositions pour la construction d'une agriculture de conservation en Guadeloupe: systèmes de culture en Semis direct SCV à base de banane et canne à sucre - Rapport de mission en Guadeloupe (17 au 25 mai 2008)

Mots-clés : Agriculture de conservation, scv, recherche-action, fertilité, gestion du sol, plante de couverture, mécanisation, écosystèmes cultivés, biomasse, Banane

The natural environment of the Campos Gerais Ecoregion

 présentation PPT | |    

Maps and photos of éco-région Campo Gerais

Mots-clés : Agriculture de conservation, cartographie - zonage, écosystèmes cultivés, morphopédologie, Socio-économie
1/10 Suivant