Quelques éléments de réflexions sur l'avenir de l'Agriculture Cambodgienne

 résumé de conférence | |     

Cet article fait suite au bref compte rendu de séminaire publié dans le cn n°292. Il vise à développer, expliciter et peut-être articuler plus clairement quelques éléments clefs à combiner dans une réflexion générale sur le(s) futur(s) possible(s) de l’agriculture cambodgienne.Conduire cette réflexion autour de scénarii prospectifs, aujourd’hui, est primordial ? il sera probablement trop tard demain ! Car l’agriculture cambodgienne est à la croisée des chemins, et des voies possibles divergentes s’ouvrent devant elle , des orientations stratégiques sont à prendre et elles ne seront pas anodines car elles influeront sur le devenir du monde paysan (> 75% de la population, # 90 % de la pauvreté), la protection de l’environnement et l’aménagement du territoire, l’émergence d'un secteur agro-industriel comme pilier supplémentaire de l’économie nationale. Il faudra également imaginer et financer les moyens de mise en oeuvre effective, sur des échelles nationales, de ces politiques, car à quoi bon multiplier des stratégies sans tactique !Deux grandes questions centrales doivent structurer ces nouvelles orientations de politique agricole :- comment sécuriser et intensifier la production rizicole des régions centrales du pays qui concerne près de 70% de la population active- comment combiner sur les vastes réserves foncières des régions périphériques, l’émergence d'une agriculture familiale commerciale performante, travaillant en étroite collaboration avec un secteur agro-industriel, tout en préservant efficacement les ressources naturelles (forêts - biodiversité, eau, sol).

Mots-clés : Riz, foncier, agriculture durable, petite agriculture familiale, Socio-économie, politique publique

Le contrôle du striga par les systèmes SCV

 ouvrage de vulgarisation | |     

Ce chapitre du manuel SCV en cours de rédaction à Madagascar décrit les moyens de contrôler le striga, plante parasite des cultures, grâce aux systèmes de culture SCV. Au sein des systèmes SCV la culture en association de plantes piégeuses du striga (qui déclenchent sa germination mais ne sont pas parasitées), des températures du sol moindres, la meilleure fertilité du sol, les conditions globalement favorables au développement des parasites du striga permettent de contrôler ce parasite. Les systèmes SCV les plus intéressants en zones infestées sont décrits.

Mots-clés : sorgho, désertification, agriculture durable, Adventices, gestion du sol

Impact of technologies and market access on natural resources and farming systems Southern Xayaburi province, Lao PDR

 fiches techniques/pédagogiques | |     

Traditional farming systems have drastically changed over the last fifteen years in southern Xayabury province through considerable agricultural development based on rainfed cash crops production such as maize, rice-bean (Vigna umbellata), peanut, Job's tears (Coîx lacryma), black cowpea (Vigna unguiculata) and sesame. This development depends mainly on local market accessibility, transfer of technologies from Thailand and financial capacities of local traders (inputs, heavy mechanization and technical skills from Thailand).

Mots-clés : Riz, agriculture durable, érosion, scv, Socio-économie

Da agricultura destruidora com preparo do solo para a agricultura sustentável e diversificada em plantio direto

 présentation PPT | |     

Diaporama sur l'évolution de l'agriculture prédatrice avec travail du sol vers le semis direct dans le Centre-Ouest brésilien: augmentation de la biomasse et de la séquestration du C pour récupération des sols et évolution des performances agro-économiques sur riz, soja et coton.

Mots-clés : Riz, agriculture durable, MOS, scv, Coton, biomasse

Para uma agricultura sustentável: o plantio direto sob cobertura permanente

 poster | |     

Diante das mudanças climáticas, econômicas e sociais, os agrônomos examinam novos rumos para a agricultura na escala mundial. O objetivo destes é o desenvolvimento, para e com os agricultores, das soluções para cada situação, que podem rapidamente ser adotadas, em particular para os mais pobres dentre eles.

Mots-clés : agriculture durable, méthodologie, scv, couverture permanente

Vers une agriculture durable : Le semis direct sur couverture permanente

 poster | |     

Face aux changements climatiques, économiques et sociaux, les agronomes examinent, à l'échelle du globe terrestre, de nouvelles voies pour l'agriculture. Leur but est de développer, pour et avec les agriculteurs, des solutions pour chaque situation, qui peuvent être adoptées rapidement, en particulier par les plus pauvres.

Mots-clés : agriculture durable, méthodologie, scv, couverture permanente

Rapport de campagne 2002 - Programmation scientifique Thématique Intégration agriculture élevage

 rapport de stage | |     

Le projet "Systèmes Agraire de Montagne",, initié en 1997, est organisé en deux volets, "Systèmes de Culture", (SC) et "Régional", (R). Le premier consiste à mettre au point des systèmes de culture avec couverture végétale (SCV) alternatifs à l'abattis-brûlis, le second à extrapoler ces systèmes jusqu'à l'échelle de la province. Les premières études sur l'élevage dans le cadre du volet SAM-SC ont débuté par un diagnostic (avril-octobre 2000) des systèmes d'élevage bubalins et bovins. Les sites d'étude étaient deux villages du district de Cho Don (province de Bac Kan), Phieng Lieng et Ban Cuon, respectivement habités par les ethnies Tay et Dao. Il avait été réalisé par Y. Eguienta dans le cadre de son stage de première année du cycle ESAT (Etudes Supérieures en Agronomie Tropicale), suivi au Centre National d'Etudes Agronomiques des Régions Chaudes (CNEARC). Son stage de deuxième année (à partir de mai 2001) a consisté à approfondir ce diagnostic, à mettre en place des essais fourragers et à concevoir avec J.C. Castella, coordinateur du volet SAM-R, et son équipe, un modèle spatial à compartiments, permettant de simuler l'offre fourragère de systèmes d'alimentation virtuels.

Mots-clés : agriculture durable, diffusion, systèmes agropastoraux, avoine, pâturage, Intégration agriculture élevage

Evaluation de la composante fertilité du PASR

 rapport de mission/expertise | |     

L’histoire du peuplement, du développement puis déclin de la culture cotonnière basée sur la culture attelée associée à une disparition plus ou moins complète des ligneux, la présence en raréfaction des zones faiblement peuplées, souvent défavorisées sur le plan de l’hydraulique villageoise et du désenclavement, sont autant de facteurs qui concourent à une situation très diversifiée, débouchant sur une mosaïque de petites régions, voire de terroirs aux niveaux de fertilité des terres très variable. En dehors de l’indicateur très pertinent de la densité démographique, l’état des lieux reste aujourd’hui insuffisamment connu sur le plan d’une cartographie nécessaire à la gestion régionale du problème de fertilité et de son ampleur.

Mots-clés : agriculture durable, Légumineuses, érosion, arbre, fertilité, scv, biomasse

Projets systèmes de culture durables en semis direct, intégrant production de grains et élevage en ZTH, au sud de l'Amazonie - année 2001/2002 - Ecologies des Forêts et Cerrados humides sur sols ferrallitiques du Centre-Nord Mato Grosso

 Document de projet | |     

Au Brésil, dans les zones agricoles traditionnelles ainsi que sur les fronts pionniers du sud de l'Amazonie, l'utilisation indiscriminée d'équipement à disques et la monoculture du coton et du soja, ont complètement déstructuré les sols et alourdi les coûts de production en raison de l'augmentation de l'érosion des sols, des adventices, des maladies et ravageurs. Depuis 1985, l'équipe du Cirad, avec divers partenaires brésiliens, s'est fortement investie sur le Semis Direct (SD) dans les régions des Cerrados, de forêts humides du sud du bassin amazonien et de forêts tropicales du Brésil central. Ce projet a conçu des systèmes de culture très diversifiés, en Semis Direct (SD), adaptés aux zones tropicales chaudes (en particulier pour des cultures réputées difficiles comme le riz pluvial et le coton), et a très fortement contribué à leur diffusion et les a adaptées à d'autres conditions pédoclimatiques et socio-économiques tropicales et subtropicales. Actuellement ce travail se réalise au travers de conventions de recherche avec le Groupe MAEDA (premier producteur de coton du Brésil dans les états de SP, GO et MT) et avec AGRONORTE (entreprise de recherche au MT) et en collaboration avec des agriculteurs leaders. l'objectif du projet est : la mise au point des systèmes novateurs en SD et l'amélioration de leurs performances agro-économiques, en particulier par la réduction des coûts de production et leur capacité à séquestrer le carbone la création de matériel génétique dans les systèmes de SD et la formation des acteurs du développement Les travaux sont essentiellement orientés vers les culture de riz, coton, soja et les nouvelles introductions d'espèces pour la production de biomasse en safrinhas, qui sont les cultures de succession du riz, du soja, du maïs, pratiquées avec un minimum d'intrants ou sans intrants à Les systèmes testés, tous en semis direct, peuvent intégrer l'élevage tous les ans, ou avec des rotations comportant 3 ou 4 ans de cultures en semis direct sur biomasse de couverture, et 3 ou 4 ans de pâturages, ou avec des systèmes sur couvertures vivantes fourragères sur lesquelles des grains sont produits en semis direct (riz, soja, maïs, coton). La productivité des systèmes de culture est corrélée à l'importance de la biomasse de couverture : le soja et le riz pluvial long fin pratiqués avec le minimum d'intrants produisent entre 3 000 et 3 600 kg/ha, pour des coûts de production compris respectivement entre 310 et 340 US$/ha. En présence de davantage d'intrants (plus d'engrais, fongicides sur riz), le soja produit plus de 4 200 kg/ha (maximum de productivité enregistré de 7 000 kg/ha) et le riz pluvial oscille entre 6 000 et 7 000 kg/ha (rendement maximal de 9 000 kg/ha) dans les meilleurs systèmes en Semis Direct, avec des coûts de production respectifs de 370 à 530 US$/ha.Avec le lancement en 2000 par AGRONORTE, de l'Eleusine coracana ("pé de galinha") comme biomasse de couverture, un nouveau pas a été franchi dans l'amélioration du Semis Direct. Cette plante constitue la machine la plus puissante connue aujourd'hui pour, dans un espace de temps court, restructurer le sol et injecter des quantités expressives de carbone dans le profil cultural, participant ainsi à la séquestration active de cet élément. Avec de nouveaux cultivars de mil et sorgho, peu sensibles au photopériodisme et capables d'utiliser l'eau en profondeur, l'éleusine est une option pour la diversification des cultures de succession et sera en particulier une nouvelle option de safrinha, même en semis direct tardif, doublé d'une excellente vocation fourragère. En ce qui concerne le coton, le projet s'est concentré à partir de 2000 sur le Mato Grosso qui produit 50% du coton brésilien et où le groupe MAEDA plante plus de 10.000 ha en semis direct. Les meilleures variétés de riz et de coton ont été triées en fonction de leurs performances en semis direct. La productivité de coton graine en Semis Direct est comprise entre 3 300 et 5 200 kg/ha en fonction du niveau d'intrants, avec des coûts de production variant entre 1 200 et 1 600 US$/ha. La variété de coton Coodetec 402 (création Cirad/COODETEC ) confirme sa forte productivité (jusqu'à 3 t/ha de coton graine) et bonne stabilité en semis direct de "safrinha" à faible niveau d'intrants (avec des coûts de production environ 50% inférieurs à ceux pratiqués par les agriculteurs). Plus de 200 nouveaux cultivars de riz à aptitudes pluviales et irriguées, à qualité de grain exceptionnelle et à très haute productivité (de 6 à 9 t/ha) ont été identifiés sur semis direct. Une nouvelle variété de riz pluvial de haute technologie (Sucupira), a été lancée en 2001 sur plus de 40 000 ha. Enfin, les chercheurs du Cirad-CA de Goiânia ont contribué fortement au transfert et à l'adaptation de ces modes de gestion durable des sols tropicaux à Madagascar, l'île de la Réunion, puis plus récemment la Tunisie, le Cameroun et le Mali en Afrique, le Laos et le Vietnam en Asie, dans le cadre d'un ample accord international de coopération réunissant l'AFD, le MAE, le FFEM et le Cirad qui en est l'opérateur principal , Lucien Séguy est l'animateur scientifique de ce réseau Cirad sur le semis direct (projet SCV). Un nouveau partenariat vient d'être mis en oeuvre, à partir de 2001, avec le laboratoire de biogéochimie CENA de l'USP de Piracicaba (Dr Carlos Cerri, en coopération C. Feller et V. Eschenbrenner de l'IRD), pour l'étude de la dynamique du carbone dans les systèmes de culture. Le dispositif de terrain du Cirad en matière de création de systèmes novateurs en SD doit servir de support pour l'étude commune de la dynamique du carbone dans ces systèmes.

Mots-clés : Riz, agriculture durable, écosystèmes cultivés, MOS, propriétés physico-chimiques du sol, soja, scv, Socio-économie

Questions de fertilité dans la zone soudanienne du Tchad Proposition d'un travail de recherche développement utilisant des systèmes avec semis direct dans un couvert végétal

 rapport de mission/expertise | |     

Le passage rapide dans la zone et les discussions trop brèves avec les producteurs et l'encadrement du développement rural ne peuvent à eux seuls permettre d'être catégorique sur ce point. Néanmoins ils sont en concordance avec tout ce qui a été écrit sur la région et il semble tout à fait pertinent de se poser la question. Ces questions de fertilité s'expriment essentiellement à travers l'évolution de la matière organique dans les sols ferrugineux tropicaux qui couvrent l'essentiel des surfaces cultivées en agriculture pluviale dans le sud du Tchad ainsi que par une très faible utilisation des engrais minéraux.

Mots-clés : Climat, agriculture durable, morphopédologie, plante de couverture, scv, Socio-économie, Coton, Intégration agriculture élevage
1/2 Suivant