Cropping systems and organic matter dynamics: direct seeding on plant cover, an agricultural revolution

 poster | |     

Tillage accelerates organic matter destruction under tropical agriculture conditions. No-till cropping systems involving direct seeding on permanent plant cover enable short-term soil restoration. Cover plant choices are crucial. Soil carbon can thus be boosted to levels generally found in natural ecosystems, even when starting from degraded soils. Direct seeding systems promote net CO2 storage rather than net production. CIRAD has been working on such systems in Brazil, Asia, Réunion and Madagascar. This poster reports some results obtained in central-western Brazil (hot humid tropical area).

Mots-clés : séquestration de carbone, MOS, mulch, scv

D'une agriculture destructive avec labour vers une agriculture durable avec les systèmes de semis direct sur couverture végétale permanente du sol : 20 ans de recherches du CIRAD et des ses partenaires Brésiliens dans les régions des Cerrados au Brésil.

 acte de colloque | |     

L'écosystème des Cerrados des zones tropicales humides du Brésil occupe 200 mill'ons d'hectares dont la moitié pourrait être utilisé à des fins de productions agricoles. Actuellement seulement 50 mill'ons sont effectivement utilisés, essentiellement par des paturages (80%). Au début de cette coneversion an terres agricoles dans les années 70, les techniques conventionnelles de travail du sol directement transférées des pays industrialisés ont ruinés rapidement la fertilité des sols du fait de l'érosion et de la minéralisation excessive de la matière organique du sol. Pour éliminer rapidement et efficacement ces conséquences, le CIRAD et ses différents partenaires ont développés de nouvelles techniques de systèmes de semis direct à base de couverture permanete du sol (SCV - DMC en anglais pour Direct seeding Mulch based Cropping systems). Ces systèmes SCV qui tendent à imiter l'écosystème de la forêt primaire, ont été amélioré petit à petit aux niveaux agronomique, écologique, technique et économique. Le snouveaux systèmes SCV sont basés sur la diversification et l'usage optimal de la biodiversité, écartant la monoculture. Différentes successions annuelles de cultures commerciales et couvertures ont été testées avec quelquefois jusque trois cultures successives par an. Dans le contexte des Cerrados, ces nouveaux systèmes SCV et des programmes associés de sélection végétale (sélection intégrée aux systèmes SCV), ont accru la productivité de toutes les principales cultures commerciales de la région. Dans toutes les situations, la productivité de tout le système est augmentée significativement : de 6 à 8 t/ha/an de biomasse totale produite par une simple, peu rentable, culture commerciale à 30 t/ha/an de biomasse totale avec les plus efficaces des systèmes SCV.

Mots-clés : Riz, sans travail du sol, écosystèmes cultivés, soja, scv, Coton

La safrinha 1 de coton = option de culture à risque ou alternative lucrative des systèmes de semis direct en zone tropicale humide?

 acte de colloque | |     

L'essentiel de la production cotonnière s'est installée et se développe de manière exponentielle au cours des 3 dernières années, dans la zone tropicale humide de l'ouest brésilien (état du Mato Grosso). La productivité moyenne du cotonnier y est très élevée (supérieure à 200 balles/ha), grâce à un emploi massif d'intrants et d'équipements mécanisés, mais les coûts de production sont très élevés (presque toujours supérieurs à 1.000 US$/ha et atteignant parfois 1.500 US$/ha) et font courir un risque économique important aux agriculteurs. Le CIRAD et ses partenaires de la Recherche et du développement, ont construit diverses options de culture cotonnière avec minimums d'intrants, de faible risque économique (coton de SAFRINHA). Les résultats montrent, sur les 3 dernières années (1997/2000) qu'il est possible de produire entre 160 et 220 balles/ha de coton graine (2 400 à 3 300 kg/ha) avec des coûts de production compris entre 500 et 700 US$/ha. 3 successions annuelles sont proposées et répondent à ces objectifs. Toutes sont pratiquées en semis direct et intégrées dans des systèmes de culture à base de soja et riz de haute technologie, qui utilisent de fortes biomasses de couverture. C'est grâce à ces modes de gestion en semis direct, combinés aux meilleurs cultivars, que la safrinha de coton peut satisfaire pleinement ses besoins en eau et obtenir de hauts rendements avec un minimum d'engrais minéral et d'herbicides.

Mots-clés : plante de couverture, scv, Socio-économie, Coton, biomasse

Projets systèmes de culture durables en semis direct, intégrant production de grains et élevage en ZTH, au sud de l'Amazonie - année 2001/2002 - Ecologies des Forêts et Cerrados humides sur sols ferrallitiques du Centre-Nord Mato Grosso

 Document de projet | |     

Au Brésil, dans les zones agricoles traditionnelles ainsi que sur les fronts pionniers du sud de l'Amazonie, l'utilisation indiscriminée d'équipement à disques et la monoculture du coton et du soja, ont complètement déstructuré les sols et alourdi les coûts de production en raison de l'augmentation de l'érosion des sols, des adventices, des maladies et ravageurs. Depuis 1985, l'équipe du Cirad, avec divers partenaires brésiliens, s'est fortement investie sur le Semis Direct (SD) dans les régions des Cerrados, de forêts humides du sud du bassin amazonien et de forêts tropicales du Brésil central. Ce projet a conçu des systèmes de culture très diversifiés, en Semis Direct (SD), adaptés aux zones tropicales chaudes (en particulier pour des cultures réputées difficiles comme le riz pluvial et le coton), et a très fortement contribué à leur diffusion et les a adaptées à d'autres conditions pédoclimatiques et socio-économiques tropicales et subtropicales. Actuellement ce travail se réalise au travers de conventions de recherche avec le Groupe MAEDA (premier producteur de coton du Brésil dans les états de SP, GO et MT) et avec AGRONORTE (entreprise de recherche au MT) et en collaboration avec des agriculteurs leaders. l'objectif du projet est : la mise au point des systèmes novateurs en SD et l'amélioration de leurs performances agro-économiques, en particulier par la réduction des coûts de production et leur capacité à séquestrer le carbone la création de matériel génétique dans les systèmes de SD et la formation des acteurs du développement Les travaux sont essentiellement orientés vers les culture de riz, coton, soja et les nouvelles introductions d'espèces pour la production de biomasse en safrinhas, qui sont les cultures de succession du riz, du soja, du maïs, pratiquées avec un minimum d'intrants ou sans intrants à Les systèmes testés, tous en semis direct, peuvent intégrer l'élevage tous les ans, ou avec des rotations comportant 3 ou 4 ans de cultures en semis direct sur biomasse de couverture, et 3 ou 4 ans de pâturages, ou avec des systèmes sur couvertures vivantes fourragères sur lesquelles des grains sont produits en semis direct (riz, soja, maïs, coton). La productivité des systèmes de culture est corrélée à l'importance de la biomasse de couverture : le soja et le riz pluvial long fin pratiqués avec le minimum d'intrants produisent entre 3 000 et 3 600 kg/ha, pour des coûts de production compris respectivement entre 310 et 340 US$/ha. En présence de davantage d'intrants (plus d'engrais, fongicides sur riz), le soja produit plus de 4 200 kg/ha (maximum de productivité enregistré de 7 000 kg/ha) et le riz pluvial oscille entre 6 000 et 7 000 kg/ha (rendement maximal de 9 000 kg/ha) dans les meilleurs systèmes en Semis Direct, avec des coûts de production respectifs de 370 à 530 US$/ha.Avec le lancement en 2000 par AGRONORTE, de l'Eleusine coracana ("pé de galinha") comme biomasse de couverture, un nouveau pas a été franchi dans l'amélioration du Semis Direct. Cette plante constitue la machine la plus puissante connue aujourd'hui pour, dans un espace de temps court, restructurer le sol et injecter des quantités expressives de carbone dans le profil cultural, participant ainsi à la séquestration active de cet élément. Avec de nouveaux cultivars de mil et sorgho, peu sensibles au photopériodisme et capables d'utiliser l'eau en profondeur, l'éleusine est une option pour la diversification des cultures de succession et sera en particulier une nouvelle option de safrinha, même en semis direct tardif, doublé d'une excellente vocation fourragère. En ce qui concerne le coton, le projet s'est concentré à partir de 2000 sur le Mato Grosso qui produit 50% du coton brésilien et où le groupe MAEDA plante plus de 10.000 ha en semis direct. Les meilleures variétés de riz et de coton ont été triées en fonction de leurs performances en semis direct. La productivité de coton graine en Semis Direct est comprise entre 3 300 et 5 200 kg/ha en fonction du niveau d'intrants, avec des coûts de production variant entre 1 200 et 1 600 US$/ha. La variété de coton Coodetec 402 (création Cirad/COODETEC ) confirme sa forte productivité (jusqu'à 3 t/ha de coton graine) et bonne stabilité en semis direct de "safrinha" à faible niveau d'intrants (avec des coûts de production environ 50% inférieurs à ceux pratiqués par les agriculteurs). Plus de 200 nouveaux cultivars de riz à aptitudes pluviales et irriguées, à qualité de grain exceptionnelle et à très haute productivité (de 6 à 9 t/ha) ont été identifiés sur semis direct. Une nouvelle variété de riz pluvial de haute technologie (Sucupira), a été lancée en 2001 sur plus de 40 000 ha. Enfin, les chercheurs du Cirad-CA de Goiânia ont contribué fortement au transfert et à l'adaptation de ces modes de gestion durable des sols tropicaux à Madagascar, l'île de la Réunion, puis plus récemment la Tunisie, le Cameroun et le Mali en Afrique, le Laos et le Vietnam en Asie, dans le cadre d'un ample accord international de coopération réunissant l'AFD, le MAE, le FFEM et le Cirad qui en est l'opérateur principal , Lucien Séguy est l'animateur scientifique de ce réseau Cirad sur le semis direct (projet SCV). Un nouveau partenariat vient d'être mis en oeuvre, à partir de 2001, avec le laboratoire de biogéochimie CENA de l'USP de Piracicaba (Dr Carlos Cerri, en coopération C. Feller et V. Eschenbrenner de l'IRD), pour l'étude de la dynamique du carbone dans les systèmes de culture. Le dispositif de terrain du Cirad en matière de création de systèmes novateurs en SD doit servir de support pour l'étude commune de la dynamique du carbone dans ces systèmes.

Mots-clés : Riz, agriculture durable, écosystèmes cultivés, MOS, propriétés physico-chimiques du sol, soja, scv, Socio-économie

Projeto sistemas de cultivo sustentáveis em plantio direto, integrando produção de grãos e pecuária nos trópicos úmidos no sul da Amazônia ANO 2001/2002 Ecologias de Florestas e de Cerrados úmidos Sobre Latossolos do Centro-Norte do Mato Grosso

 Document de projet | |     

Iniciado em 1983, em colaboração com EMBRAPA/CNPAF e o produtor privado Sr. Munefume Matsubara (da Fazenda Progresso) até 1992, em seguida com a COOPERLUCAS entre 1992 e 1995, e a partir de 1996 com a Prefeitura de Sinop e a empresa privada de pesquisa AGRONORTE, elaboramos e aplicamos um método participativo de criação-difusão de novos sistemas de cultivo trabalhando com e para os agricultures nas suas fazendas (vide numerosos documentos sobre metodologia produzido pela equipe)

Mots-clés : Riz, formation, recherche-action, gestion du sol, soja, scv

Systèmes de culture et dynamiques de la matière organique : le semis direct sur couverture permanente, une révolution agricole (poster)

 poster | |     

En agriculture tropicale, le travail du sol accélère la destruction de la matière organique. Sa restauration est possible en quelques années grâce aux systèmes de culture sans travail du sol, en semis direct sur couverture végétale permanente. Le choix des plantes de couverture est déterminant. Le taux de carbone du sol peut atteindre alors celui des écosystèmes naturels, même en partant de conditions dégradées. Grâce au semis direct, l'agriculture agit comme stockeur net de CO2 et non plus comme producteur net. Le Cirad a travaillé sur de tels systèmes au Brésil, en Asie, à la Réunion et à Madagascar. Ce poster rapporte quelques résultats obtenus au centre-ouest du Brésil (secteur tropical humide).

Mots-clés : séquestration de carbone, écosystèmes cultivés, méthodologie, MOS, scv, Intégration agriculture élevage

Systèmes de culture et dynamiques de la matière organique : le semis direct sur couverture permanente, une révolution agricole

 poster | |     

15 posters systèmes de culture, matière organique, semis direct

Mots-clés : maïs, écobuage, ruissellement, recherche-action, MOS, scv, riz pluvial

Artigo curto: Sistema de cultivo e Dinâmica da Matéria Orgânica 2001 - Potafos

 ouvrage de vulgarisation | |     

Artigo curto, Sistema de cultivo e Dinâmica da Matéria Orgânica 2001. Metodologia,sistemas de plantio direto, evolução da M.O. e sequestro do C, evoluções das produtividades de arroz de sequeiro, soja e algodão, e das margens dos sistemas comparados (convencionais e Plantio Direto).

Mots-clés : séquestration de carbone, systèmes agropastoraux, MOS, TCS - Techniques culturales simplifiées, scv, Socio-économie, couverture permanente, Intégration agriculture élevage

Dossiê sobre Sistema de cultivo e Dinâmica da Matéria Orgânica -Parte 3 anexos 2001.

 ouvrage de vulgarisation | |     

Dossiê sobre Sistema de cultivo e Dinâmica da Matéria Orgânica -Parte 3 Anexos 2001. Metodologia,sistemas de plantio direto, evolução da M.O. e sequestro do C, evoluções das produtividades de arroz de sequeiro, soja e algodão, e das margens dos sistemas comparados (convencionais e Plantio Direto). Experienças do Centro Oeste brasileiro, de Madagascar. Funcionamento do Plantio direto e Fotografias Méthodologie, systèmes de Semis Direct, évolution de la M.O. et séquestration du C, évolutions des productivités de riz pluvial, soja e coton, et des marges des systèmes comparés (conventionnels et Semis Direct). Expériences du Centre Ouest brésilien, de Madagascar. Fonctionnement du Semis Direct et Photographies

Mots-clés : séquestration de carbone, écosystèmes cultivés, méthodologie, MOS, TCS - Techniques culturales simplifiées, soja, scv, riz pluvial

A SAFRINHA DE ALGODÃO= OPÇÃO DE CULTURA ARRISCADA OU ALTERNATIVA LUCRATIVA DOS SISTEMAS DE PLANTIO DIRETO NOS TRÓPICOS ÚMIDOS?

 acte de colloque | |     

A produção algodoeira se instalou e se desenvolveu de maneira exponencial no decorrer dos 3 últimos anos nos Trópicos Úmidos do Oeste Brasileiro ( estado do Mato Grosso). A produtividade média do algodão nessas regiões é muito alta (superior a 200 @lha) graças ao uso maciço de insumos e de equipamentos mecanizados; todavia, os custos de produção são altos (quase sempre acima de 1.000, alcançando até 1.500 $lha), e em conseqüência, os agricultores correm um risco econômico importante. O CIRAD e seus parceiros da pesquisa e do desenvolvimento tem construído várias opções de cultivo algodoeiro com insumos mínimos, de baixo risco econômico ( algodão de safrinha). Os resultados mostram, nos 3 últimos anos (1997/2000), que se pode produzir entre 160 e 220 @lha de algodão em caroço com custos de produção oscilando entre 500 e 700 U.S.$/ha. 3 sucessões anuais estão propostas e respondem a estes objetivos. Todas elas são praticadas em Plantio Direto e integradas em sistemas de cultivo baseados em soja e arroz de alta tecnologia, que utilizam fortes biomassas de cobertura. Através desses modos de gestão em plantio direto, combinados com os melhores cultivares, a safrinha de algodão pode satisfazer plenamente suas necessidades em água e alcançar altas produtividades com adubação e herbicida minimos.

Mots-clés : Fertilité du sol, Semis Direct, scv, Coton, biomasse, couverture permanente
1/3 Suivant