Modes de gestion de la fertillité en zone soudanienne du Tchad

 Document de projet | |     

Ce travail avait pour objectif premier d’analyser les modes de gestion de la fertilité dans chacune des 8 petites régions de la zone soudanienne du Tchad afin d’en tirer des recommandations pour le développement de programmes sur cette thématique. Dans ce cadre, il s’agissait également de s’attacher à déterminer l’opportunité d’utiliser des systèmes à base de semis direct sous couvert végétal en zone soudanienne pour une intervention visant à maintenir ou restaurer la fertilité des sols dans des situations variées. La notion de gestion de l’aptitude culturale d’un milieu peut être considérée selon plusieurs échelles d’analyse, de la parcelle à la région. Etroitement corrélée à la nature agro-physique du milieu considéré, la gestion de la fertilité est d’abord déterminée par les acteurs de la mise en valeur de ce milieu, à travers leurs techniques et leurs pratiques, leurs positionnements et leurs stratégies.

Mots-clés : systèmes agropastoraux, méthodologie, petite agriculture familiale, fertilité, scv, Socio-économie

La safrinha 1 de coton = option de culture à risque ou alternative lucrative des systèmes de semis direct en zone tropicale humide?

 acte de colloque | |     

L'essentiel de la production cotonnière s'est installée et se développe de manière exponentielle au cours des 3 dernières années, dans la zone tropicale humide de l'ouest brésilien (état du Mato Grosso). La productivité moyenne du cotonnier y est très élevée (supérieure à 200 balles/ha), grâce à un emploi massif d'intrants et d'équipements mécanisés, mais les coûts de production sont très élevés (presque toujours supérieurs à 1.000 US$/ha et atteignant parfois 1.500 US$/ha) et font courir un risque économique important aux agriculteurs. Le CIRAD et ses partenaires de la Recherche et du développement, ont construit diverses options de culture cotonnière avec minimums d'intrants, de faible risque économique (coton de SAFRINHA). Les résultats montrent, sur les 3 dernières années (1997/2000) qu'il est possible de produire entre 160 et 220 balles/ha de coton graine (2 400 à 3 300 kg/ha) avec des coûts de production compris entre 500 et 700 US$/ha. 3 successions annuelles sont proposées et répondent à ces objectifs. Toutes sont pratiquées en semis direct et intégrées dans des systèmes de culture à base de soja et riz de haute technologie, qui utilisent de fortes biomasses de couverture. C'est grâce à ces modes de gestion en semis direct, combinés aux meilleurs cultivars, que la safrinha de coton peut satisfaire pleinement ses besoins en eau et obtenir de hauts rendements avec un minimum d'engrais minéral et d'herbicides.

Mots-clés : plante de couverture, scv, Socio-économie, Coton, biomasse
1/1