Open Library

Capital naturel et développement durable en Afrique

 rapport de mission/expertise | |     

Ce document de travail souligne le paradoxe entre une faible prise en compte du capital naturel dans les politiques d'aide au développement « favorable aux pauvres » et l'importance pratique de ces ressources pour les pauvres. Il propose un argumentaire pour compléter, tout particulièrement en Afrique, les paradigmes actuels de la lutte contre la pauvreté par un volet consacré à la préservation des ressources naturelles renouvelables. Le paradigme actuel des politiques d'aide au développement est la « croissance favorable aux pauvres ». On constate qu'il est peu question du capital naturel dans ce paradigme. Certains « biens publics globaux » (BPG), en revanche, sont des biens environnementaux : climat, biodiversité. La préservation d'un capital naturel est alors au coeur des actions destinées à produire ces biens publics. Mais ce capital naturel producteur de BPG est fréquemment pris dans une contradiction entre objectifs locaux de court terme et objectifs globaux. Nous citons deux études récentes qui illustrent le lien entre pauvreté et ressources naturelles renouvelables, ainsi que les résultats du rapport de la Banque mondiale : «Where is the Wealth of Nations’ » sur la composition de la richesse des pays africains. Ces études montrent l'importance du capital naturel pour les pays les plus pauvres. Prenant l'exemple de l'Afrique, nous examinons la diversité des fonctions économiques des ressources naturelles. Nous en proposons alors une typologie que nous résumons dans un schéma : le « triangle du capital naturel ». Nous présentons enfin une esquisse de modélisation de la relation entre capital naturel et développement : le « modèle aux élastiques». Nous montrons ensuite qu'en Afrique, l'absence, pour une grande majorité de pauvres, d'opportunité alternative ou de substituabilité facile du capital naturel plaide pour une approche « plus naturelle » du développement. La conclusion souligne donc la nécessité de prendre beaucoup mieux en compte le capital naturel renouvelable et sa conservation dans les politiques de développement en Afrique. Les documents de stratégie de réduction de la pauvreté (DSRP) actuels et les projets du Plan Marshall » sont en effet encore trop centrés sur le capital humain d'une part, sur le capital physique d'autre part. Les ONG spécialisées dans la sauvegarde de la biodiversité telles WWF, CI ou l'UICN, ont commencéde compléter leurs engagements sur la biodiversité par des préoccupations concernant le capital social concourant à la préservation ou les effets économiques des aires protégées. Les bailleurs de fonds ont un parcours symétrique à faire, en incorporant plus d'actions sur le capital naturel dans leurs financements, par exemple : préservation des sols, des ressources halieutiques, des forêts.

Mots-clés : méthodologie, Socio-économie, politique publique

Capital naturel et développement durable

 présentation PPT | |     

Ce diaporama présente les aproches actuelles de l'aide au développement, l'insuffisante prise en compte du capital naturel.... et les conclusions opérationnelles.

Mots-clés : systèmes agroforestiers, gestion du sol, Socio-économie, politique publique

séminaire régional sur l'agroécologie et les techniques innovantes dans les systèmes de production cotonniers tenu à Maroua du 22 septembre au 30 septembre 2007.

 résumé de conférence | |     

Note de synthèse rédigée par les soins de l'AFD pour le séminaire régional sur l'agroécologie et les techniques innovantes dans les systèmes de production cotonniers tenu à Maroua du 22 septembre au 30 septembre 2007.

Mots-clés : Agriculture de conservation, fertilité, scv, Socio-économie, Coton, biomasse, couverture permanente

Mission d'agents de l'AFD - Brésil -

 rapport de mission/expertise | |     

La mission au Brésil d’agents de l’AFD, organisée et animée par Lucien Séguy (Cirad Brésil), avait pour objectif de prendre connaissance de l’expérience de ce pays, aujourd’hui référence mondiale en matière de «semis direct» – Plantio direto en portugais- afin de mieux comprendre in situ la construction de ces systèmes de culture et d’en tirer des enseignements pour le programme agro-écologie, à la veille de son lancement.

Mots-clés : scv, politique publique, systèmes agraires
1/1