LULC PART II : Process of land use and land cover changes

 MOOC | |     

Civil war and peace establishment (1976-2002) In-migration for land access (2002-2010) Turmoil of smallholder farming and future perspectives (2010-Future)

LULC PART III : Proximate causes, underlying factors, and their linkages

 MOOC | |     

Proximate causes are human activities or immediate actions at the local level, such as agricultural expansion, that originate from intended land use and directly impact forest cover.

Practical handbook of direct seeding in Madagascar. Volume II.

 ouvrage de vulgarisation | |     

In order to put in place a suitable advisory system, in an integrated approach at the terroir level, it is necessary to master a range of cropping systems adapted to local conditions. This requires identifying the nature of the most appropriate crops and the order of their succession and/or association, as well as the operational sequence to be applied to these crops or crop associations.

Mots-clés : macrofaune du sol, Adventices, MOS, plante de couverture, gestion du sol, Bilan hydrique, Fertilisation, scv, Biologie des sols

Des agriculteurs malgaches adoptent l'agro-écologie

 vidéo | |     

A Madagascar, de nouvelles pratiques agricoles se mettent en place pour lutter contre les changements climatiques et préserver la sécurité alimentaire des familles. Le Fonds Français pour l’Environnement Mondial finance un projet de développement mis en œuvre par l’IRD, qui associe Agrisud International et des agriculteurs. Le film présente le partenariat entre recherche, ONG et population à travers la vie d’une famille malgache.

Mots-clés : Agroécologie, Conservation agriculture

L’agriculture de conservation pour l'intensification écologique : Principes et contraintes à l'adoption dans les pays du Sud

 vidéo | |     

L’intensification écologique constitue un axe prioritaire des diverses institutions de recherche agronomique engagées dans la promotion de l’agriculture durable. Cependant, la conception de systèmes de production et leur mise en œuvre nécessitent des modifications profondes de l’organisation et des connaissances théoriques et techniques encore difficilement accessibles pour l’ensemble des acteurs de la recherche et du développement. Les cursus et supports pédagogiques sur le thème sont encore trop rares ou fragmentaires.

Agriculture de conservation et biomasse : nourrir le sol et/ou le bétail ?

 vidéo | |     

Séminaire Agroécologie - Intensification écologique des systèmes de culture de Montpellier du 06.05.2014 : Agriculture de conservation et biomasse : nourrir le sol et/ou le bétail? / K. Naudin (Unité Cirad Aïda), O. Husson L’agriculture de conservation (AC) repose sur la production et la conservation de la biomasse sur la parcelle. Les fonctions remplies par la biomasse peuvent être nombreuses : (i) en tant que couverture végétale : réduction de l’érosion, amélioration du bilan hydrique des cultures, contrôle de l’enherbement, apport en carbone et en azote, recyclage des nutriments, augmentation de l’activité biologique, etc.) ; (ii) en tant que combustible domestique ou industriel ou ; (iii) en tant que fourrage. Dans de nombreux pays en voie de développement la biomasse aérienne des plantes, cultivées ou non, sert à alimenter le bétail. Cette compétition pour l’utilisation de la biomasse est une des causes majeures de la difficulté de la pratique de l’AC, d’autant plus que l’accès aux parcelles après la culture est souvent libre (vaine pâture) et que la pression du bétail est importante. Il s’agit donc de rechercher des compromis entre des fonctions agronomiques de la biomasse à l’échelle de la parcelle et des fonctions à l’échelle de l’exploitation. Ces compromis portent sur les différentes fonctions agronomiques entre elles ou entre ces fonctions agronomiques et l’exportation pour alimenter les animaux. Ils ont jusqu’ici été peu traités, ni dans la littérature scientifique, ni dans la littérature technique.

Mots-clés : petite agriculture familiale, biomasse, Intégration agriculture élevage

Agroécologie à Madagascar

 vidéo | |     

Avec 80% de la population active, l'agriculture est le pilier de l'économie à Madagascar. Pourtant, ce secteur est aujourd'hui en danger. La déforestation, la surexploitation des terres, la faible productivité et l'insécurité foncière sont autant de facteurs qui contribuent à la baisse du rendement des sols et menacent la sécurité alimentaire de l'île. Afin d'enrayer l'appauvrissement des terres, l'Agence Française de développement (AFD) développe l'usage de l'agroécologie auprès des paysans malgaches avec l'appui du Cirad. Cette technique consiste à protéger les sols par une couverture végétale, supprimant ainsi le labour et limitant le recours aux engrais. Elle permet de restaurer la fertilité de la terre, de limiter l'érosion des bassins versants et de réduire les émissions de gaz carbonique. Le développement de l'agroécologie est une entreprise de longue haleine. Il ne peut réussir qu'à condition de renforcer en parallèle la formation, la sécurisation des terres et l'accès des paysans au marché et au crédit.

Mots-clés : recherche-action, diffusion, fertilité, scv, Socio-économie, systèmes agraires, couverture permanente

COMPENDIUM SCV CAMEROUN et SAVANES Vol III Chapitre 1 Fiches techniques Plantes de couverture

 ouvrage de vulgarisation | |     

Ce chapitre intègre alors toutes les fiches techniques des plantes de couverture utilisées au Nord Cameroun (en pur ou en association entre elles) dans le cadre des jachères dites améliorées, dix plantes de couverture sont retenues dans ce chapitre. Il s’agit aussi bien des graminées que des légumineuses : Brachiaria ruziziensis, Eleusine coracana, Stylosanthes guianensis, Crotalaria juncea, Crotalaria retusa, Sesbania sesban, Cajanus cajan, Mucuna pruriens, Dolichos lab lab et Vigna unguiculata.

Mots-clés : stylosanthès, Légumineuses, brachiaria, Mucuna pruriens, plante de couverture

COMPENDIUM SCV CAMEROUN et SAVANES VOLUME II Chapitre 1 Le choix des cultures

 ouvrage de vulgarisation | |     

Pour chaque zone agro-écologique du Nord Cameroun, les tableaux présentant les possibilités d’association ou de successions des principales cultures avec les principales plantes de couverture permettent d’identifier les systèmes les plus intéressants pour lever rapidement les principales contraintes agronomiques. Les successions interannuelles permettent de faire entrer dans les systèmes des plantes d’intérêts agronomiques et/ou économiques variés, permettant de faire évoluer favorablement les sols et les gains des agriculteurs. Les successions interannuelles, faciles à gérer, ne sont possibles que quand la disponibilité en eau et les températures le permettent. Certaines associations sont faciles à gérer, alors que d’autre nécessitent un itinéraire technique précis (dates, densité, profondeur et espacements de semis, fertilisation éventuellement localisée, choix des variétés, application d’herbicide, etc.), adapté aux conditions de climat, au niveau de fertilité du sol et aux plantes associées.

Mots-clés : Riz, sorgho, types de sol, petite agriculture familiale, scv, Coton

COMPENDIUM SCV CAMEROUN & SAVANES Vol. I Principes, Fonctionnement et gestion des écosystèmes

 ouvrage de vulgarisation | |     

Trois principes fondamentaux du Semis Direct: 1. Minimiser la perturbation du sol et de la litière (pas de travail mécanique du sol). 2. maintenir le sol couvert en permanence par biomasse vivante ou morte. 3. Produire et restituer au sol une forte biomasse par associations/successions d’une diversité de plantes aux fonctions multiples Pour bénéficier rapidement des effets des pratiques SCV, il est nécessaire d’obtenir un fort différentiel “biomasse restituée au sol - biomasse perdue” dès les premières années d’entrée dans des systèmes SCV. Ce fort différentiel permet à ces systèmes de remplir leurs fonctions écosystémiques, et conduisent à une amélioration rapide des sols et à la restauration d’équilibres écologiques. Ces améliorations, dans un cercle vertueux, facilitent l’obtention d’une production importante de biomasse et permettent d’alimenter facilement la “pompe” des SCV les années suivantes. Sur des sols dégradés, l’obtention d’une forte production de biomasse les premières années passe par la restauration de la fertilité par apport d’engrais (organiques ou minéraux), écobuage et/ou utilisation de plantes de couverture capables de produire une forte biomasse sur des sols peu fertiles. Plus les sols sont dégradés, plus “l’amorce” des systèmes SCV est difficile, longue et/ou coûteuse.

Mots-clés : Agriculture de conservation, écosystèmes cultivés, méthodologie, fertilité, scv, Coton, Intégration agriculture élevage, Biologie des sols
Précédent 2/58 Suivant